GEUTEBRÜCK assure la sécurité de l’organisme australien de la science et des technologies du nucléaire.

buehne-referenz-ansto-770-400.jpg

ANSTO intègre un ancien site, des infrastructures d’une valeur de plusieurs milliards de dollars australiens et un profil de risque complexe dans une application sécuritaire électronique globale. GEUTEBRUCK a été sollicité pour participer à cette expérience.

L’organisme australien de la science et des technologies du nucléaire (ANSTO), basé à Sydney, a récemment mis à jour son système de vidéosurveillance. En tant qu’hébergeur du réacteur nucléaire Open Pool Australian Lightwater (OPAL), il est un des sites les plus sécurisés d’Australie. Des investissements de plus de 3,5 milliards de dollars australiens ont été réalisés pour améliorer divers aspects de la sécurité. Ce site couvre 70 hectares, a un périmètre de 4000 m et comprend près de 150 bâtiments. Compte tenu de son ancienneté, ce site a dû subir une mise à jour de ses infrastructures. Le but était l’indépendance des équipements du système ainsi que la réalisation d’une architecture numérique globale. Cette transition numérique a été facilitée par l’intégration de produits GEUTEBRUCK dans toute une série de solutions sécuritaires.

Le système ANSTO
Le site comprend une zone interne hautement sécurisée, où est logé l’OPAL, lequel est protégé en profondeur par un périmètre externe, une zone stérile, un périmètre interne et des zones sensibles contrôlées par des caméras de vidéosurveillance. Marcus Wiltshire, conseiller en sécurité physique, explique : « Notre infrastructure et nos plateformes de vidéosurveillance comprennent le système de gestion des informations sécuritaires G-SIM et le logiciel VMS GeViScope de GEUTEBRUCK dans un environnement entièrement virtuel. Ces composants remplacent les NVR classiques. Le résultat est une topologie décentralisée. L’analyse vidéo intelligente de G-Tect est effectuée au niveau du NVR, auquel s’ajoute G-SIM, pour une gestion des alarmes et une visualisation des flux d’images de direct et d’enregistrement. »

De plus, le périmètre thermique d’ANSTO est un aspect central de la solution sécuritaire du site. Il comprend une barrière thermique virtuelle, résultat de l’intégration de G-SIM et de l’analyse vidéo intelligente de GEUTEBRUCK dans le but d’obtenir une plateforme d’enregistrement unique pour l’ensemble du site. Il convient également de souligner que G-Tect s’applique aussi bien aux éléments optiques que thermiques. « Les analyses du capteur double sur l’enregistreur nous permettent d’analyser de façon intelligente nos images dans divers environnements, indépendamment des variables telles que le mouvement de l’extrémité de la caméra. Même avec des vents de 70 km/h, nous parvenons à détecter correctement les intrusions », explique Wiltshire. D’après lui, G-Tect, c’est la détection dans la détection. « Cela s’explique par le fait qu’il s’agit d’un système intelligent qui permet de définir des zones de détection et de paramétrer une profondeur de champ pour une zone spécifique », explique-t-il. « Cela signifie que vous disposez de 30 zones de détection différentes dans une seule image continue . Ce système est robuste et fiable. »

Centrale de sécurité de l’ASOC
Le passage aux solutions de GEUTEBRUCK a eu lieu il y a un an. La filiale australienne de GEUTEBRUCK et les ingénieurs du siège en Allemagne ont été fortement sollicités. ANSTO a accepté une version bêta de G-SIM et a demandé le soutien de GEUTEBRUCK dans le développement de cette solution. Il s’agissait d’un partenariat stratégique. L’ANSTO a étroitement collaboré pour ajuster le système aux besoins et faciliter son utilisation par les autres utilisateurs. De nombreuses tâches de personnalisation ont été effectuées pour faciliter les opérations de la centrale de sécurité de l’ANSTO (ASOC).

L’espace de travail est ouvert, avec des postes de travail alignés en face d’un grand mur d’écrans. Sur les postes de travail mêmes, les utilisateurs peuvent consulter sur des écrans le journal d’événements du système de contrôle d’accès, y compris les intrusions. Rien d’étonnant que le mur soit recouvert d’images de caméra qui couvrent les routes avoisinantes, les points d’accès stratégiques et les zones environnantes qui nécessitent une attention particulière.

Autour des murs se trouvent des projecteurs numériques qui permettent l’affichage grand format de flux d’images clé. « Toutes les opérations relatives à la sécurité du site sont gérées et contrôlées à cet endroit. Nous avons divisé le site et les systèmes correspondants en trois niveaux sécuritaires selon le niveau de priorité et le système a été configuré en fonction », explique Wiltshire.

D’après lui, leur ASOC ne comprend aucun ordinateur. Il est uniquement alimenté par un serveur 20 TB et complètement déconnecté d’Internet. Il présente un niveau de redondance total, un partage des charges et un équivalent de cette infrastructure sur le site même. « Ce mur d’écrans vidéo est géré par G-SIM de GEUTEBRUCK et permet aux opérateurs de visualiser les flux d’images de direct, de suivre les événements dans les zones sécurisées, de lire des images d’enregistrement et d’effectuer les enquêtes nécessaires pour donner à l’équipe chargée de la sécurité les informations dont elle a besoin », explique Wiltshire. « Par exemple, vous pouvez voir sur l’écran du poste de travail les événements transmis par le système de contrôle des accès. Des images sont associées à ces événements ». Il poursuit : « Nous disposons désormais de l’infrastructure dont nous avons besoin pour modifier ce que nous avons besoin de modifier dans la salle des moteurs, à savoir le local du serveur, sans aucun impact sur les opérateurs ! C’est exactement ce que nous recherchons avec cette mise à jour ». Mission accomplie ...