Compétences

Les interfaces ont tout compris

décembre 16, 2019

La technologie moderne d’interfaces fait des solutions de visualisation intelligentes une stratégie d’entrée abordable dans la transition numérique.

La technologie moderne d’interfaces fait des solutions de visualisation intelligentes une stratégie d’entrée abordable dans la transition numérique. 


La grande vision du 21e siècle, l'Internet des objets, est la communication connectée par excellence : Dans un avenir pas si lointain, nous devrons vivre au sein d’un réseau complexe qui permettra à tout ce qui est intelligent ou dispose d'une intelligence artificielle de communiquer entre eux en utilisant la technologie numérique sur internet : des hommes et des hommes, des hommes et des machines, des machines et des machines. Une initiative complexe, puisque non seulement le nombre d’objets communiquant explose, mais son « centre de langue », le logiciel, évolue aussi en permanence grâce à des mises à jour, de nouvelles versions ou des ajustements individuels. Par ailleurs, les conditions-cadres de communication se trouvent dans le même temps repoussées : nouvelles mesures législatives, modification des conditions de marché, perturbations technologiques, etc.
 

Il y a pourtant un mot magique pour maîtriser cette lourde tâche : les « interfaces ». Ce terme désigne le lieu (physique et/ou informatique) dans lequel la communication a lieu au sein du réseau de données, le point de contact de deux ou plusieurs unités de logiciel ou de matériel. Pour que les unités à ce point puissent communiquer entre elles, toutes les fonctions de traduction et la maîtrise des modalités de communication doivent être disponibles : protocoles, normes, modes opératoires, etc. Ce n’est qu’après s’être identifié que chaque appareil peut en principe échanger avec un partenaire.

Le secret de la numérisation réside par conséquent dans l’interface. Elle permet la communication au sein du réseau numérique. D’autant que : les processus opératoires peuvent être reliés par des interfaces grâce à des systèmes de planification (ERP), afin que certains événements (détectés par les caméras) puissent automatiquement lancer les mesures correspondantes comme des demandes de pièces de rechange ou des ordres d'intervention, etc. Le logiciel ERP peut émaner de plusieurs fabricants : des interfaces intelligentes traduisent les « langues » étrangères en toute fiabilité.
 

La voie rapide vers l’avenir numérique
 

L’automatisation numérique permet de réglementer l’association des systèmes logiciels et matériels les plus divers sans intervention humaine par l'adoption de la technologie des interfaces. Les chaînes logistique et de production connectées se transforment en réseaux de valeur, dans lesquels production et logistique ne forment plus qu’un. Cette transition numérique conduit à une réduction des coûts d’exploitation, à une efficacité accrue et à de nouveaux modèles commerciaux orientés vers le client.
 

Face à la complexité des structures et des processus, de nombreuses entreprises de taille moyenne ont l’impression que la numérisation constituerait un danger financier et technique considérable et hésitent à la mettre en œuvre. L’expérience montre que la technologie moderne nécessaire à l’entrée progressive dans l’ère du numérique peut s’avérer nettement plus simple et abordable qu’on ne le craignait.
 

Grâce aux connaissances en matière d’interfaces, des projets de numérisation aboutissent sans pour autant faire exploser les coûts. Car la capacité à intégrer des appareils de toute sorte dans un système numérique connecté permet aux entreprises de continuer à utiliser leurs infrastructures et machines existantes. Les parcs d’appareils établis, qui proviennent en général de plusieurs fournisseurs, n’ont pas à être échangés grâce à la rétrocompatibilité. Vous mettez facilement en réseau des interfaces intelligentes, un élément essentiel pour protéger un investissement. En outre, de nouveaux appareils peuvent sans grand investissement être intégrés au réseau, indépendamment du fabricant.

Non seulemnt les tâches liées à la sécurité peuvent être automatisées grâce à la technologie avancée des interfaces, mais la surveillance et le contrôle par caméras des processus de production et de logistique aussi. En fin de compte, la sécurité et l’efficacité des processus atteignent une nouvelle dimension, tout comme la fiabilité des systèmes connectés.

Visualisation plus données = la technologie clé pour les entreprises de taille moyenne

L’interconnexion des caméras et des données des systèmes commerciaux met à disposition une myriade d’outils permettant d’automatiser la sécurité (en cas de contrôle d’accès) et la documentation des processus. De ce fait, les risques liés aux questions de responsabilité sont minimisés par l’enregistrement dans le système ERP de l’état des marchandises entrantes et sortantes ou leur cheminement à travers les installations grâce aux caméras et aux codes barres. De la traçabilité des envois à la détection de palettes égarées, les options de cette technologie sont infinies.

Particulièrement bénéfique : l’automatisation des processus conduit « automatiquement » à des possibilités d'optimisation pour des tâches récurrentes. La synchronisation des données manuelle est maintenant plus rapide du fait d’une communication directe entre les systèmes d’informations et machines et l’archivage se fait en temps réel dans le logiciel de conception. Les dépenses en termes de ressources humaines et financières en sont ainsi réduites tout en minimisant le risque d’erreurs. L’avenir appartient à la visualisation des processus, combinée au raccordement aux données dans l’entreprise. Pour les entreprises de taille moyenne, une technologie clé s’impose dans la lutte pour la compétitivité future. Il s’agit de délaisser toute frilosité et de mettre en place tous les moyens nécessaires.


Retour
.