Trends

La technologie Blockchain : une décision pour l'avenir de la branche logistique

janvier 13, 2020

Réduction des erreurs, optimisation de la chaîne logistique et prévention des risques de fraude, voici les promesses de la blockchain 2.0 pour gérer la chaîne d’approvisionnement et logistique. Les processus numérisés doivent être mieux surveillés et protégés contre les manipulations et les délais de livraison raccourcis grâce à des processus optimisés.

Réduction des erreurs, optimisation de la chaîne logistique et prévention des risques de fraude, voici les promesses de la blockchain 2.0 pour gérer la chaîne d’approvisionnement et logistique. Les processus numérisés doivent être mieux surveillés et protégés contre les manipulations et les délais de livraison raccourcis grâce à des processus optimisés.

Fonctionnement de la technologie blockchain

Le système décentralisé de la technologie blockchain permet aux différents acteurs de gérer en toute sécurité des données sans intermédiaire. L’échange de données sous la forme de paiements ou d’autres transactions est enregistré de façon compressée et cryptée, ce qu'on appelle des blocs. Si deux parties échangent des informations, la transaction doit d’abord être vérifiée par différents acteurs du réseau. Chaque ordinateur ou serveur du réseau vérifie à chaque nœud du système si les parties possèdent les droits correspondant pour effectuer cette action. Une fois cette vérification effectuée, la transaction est validée et enregistrée dans un fichier de données, une sorte de journal. L’enregistrement, tout comme la mise à jour, se fait sur l’ensemble des supports du réseau plutôt que sur un serveur central. Toute transaction effectuée est ainsi sauvegardée sur le réseau. Les blocs étant cryptés et les copies des données diffusées à tous les participants au réseau, ce système est infalsifiable. Si quelqu’un voulait trafiquer la blockchain, il faudrait au moins modifier 51 % des copies, ce qui n’en vaut pas la peine en raison des efforts nécessaires à mettre en œuvre et des coûts impliqués.

Des opportunités pour la logistique

Le transporteur maritime Maersk et la société d’informatique IBM travaillent ensemble pour mettre la blockchain au profit du commerce international. Une plateforme numérique doit aider ces entreprises à suivre les marchandises à l’échelle mondiale et à garantir plus de transparence. Déjà en 2017, les deux sociétés avaient lancé un essai pilote dans lequel la technologie blockchain était déployée dans le domaine de la logistique. Grâce aux diverses applications de la blockchain, le transport de containers avait pu être suivi de manière absolument sûre. Ayant remporté un franc succès, ce projet ouvre désormais la voie à l’échange rapide et en toute sécurité d’informations contractuelles et logistiques via la blockchain. L’objectif pour l’année à venir est la création d’un réseau mondial d’expéditeurs, de transporteurs maritimes, de ports et de services de douanes afin réduire les temps de livraison et ainsi les coûts.

 


Retour
.